Le concept glaire est beaucoup plus intéressant en acupuncture qu’en médecine occidentale qui ne conçoit que des sécrétions pathologiques secondaires aux infections. En acupuncture il s’agit d’une entité pathologique seule ou associée aux infections.

En effet les muqueuses, à l’état normal, ne sont jamais sèches et sécrètent un mucus fluide dont le rôle est de nettoyer en permanence toutes les cavités (sinus, trompe d’Eustache, oreille interne, poumons etc.) qui, sans nettoyage verraient pulluler les germes. Le phénomène est inconscient car les sécrétions s’éliminent par déglutition dans le tube digestif.

Les cellules qui, à l’état normal, fabriquent ce fluide, tapissent toutes les muqueuses. La programmation des sécrétions peut s’altérer, aboutissant à la production d’un liquide glaireux, c'est-à-dire collant et irritant. On imagine toutes les conséquences : au lieu de favoriser le nettoyage, ces sécrétions tendent à encrasser par des amas sécrétoires, irriter les muqueuses, boucher les orifices et surtout offrir aux germes un refuge idéal pour pulluler. Tout ce qui ne circule pas s’infecte. Dans la sinusite, cela représente un obstacle aux antibiotiques qui ont grand peine à parvenir jusqu’aux bactéries installées dans ces amas purulents.

L’acupuncture a, depuis toujours, identifié le phénomène et le traitement adéquat pour fluidifier tout en tarissant ces sécrétions pathologiques.

Il n’est pas rare d’être consulté pour motif de sinusite alors que les sinus ne sont pas infectés et que simplement le patient peine pour déglutir des glaires collantes isolées.

Enormément de traitements de la sphère ORL et pulmonaires doivent intégrer le syndrome glaire.

Quant à la migraine dont le traitement comporte les points de ce même syndrome, on peut s’interroger sur une composante glaire dans le liquide céphalo-rachidien parmi les différentes causes de cette maladie.